La Servante Écarlate de Margaret Atwood

Chronique de Béa

Pour être honnête je n’avais pas l’intention de lire le livre vu que j’avais vu la série, mais je suis tombée sur un article de Maëva du blog Darkjeanblackshirtduskyshoes qui en faisait une description génialissime et qui m’a donné envie de le lire. Good job girl !
C’était aussi la première fois pour moi de lire un livre alors que j’en avais déjà vu le film ou la série.
Je me suis donc lancée.. et je ne regrette absolument pas.
Que dire à part que la série ne rend pas justice au livre; j’ai adoré la série on s’entend là mais le livre… une pépite! Je me suis même surprise à m’imaginer d’autres « scénarios » alors que j’avais plus facilement accès à des images que j’avais en tête suite à la série. Ce livre est tout aussi bouleversant que la série mais j’avoue avoir préféré lire et m’imaginer les personnages, les décors si je puis dire et imaginer visuellement les émotions sans faire référence à la série.
Cette histoire  fait quand même froid dans le dos et la république de Gilead fait flipper. Ce livre ouvre la discussion à la condition de la femme, à la religion, comme toujours la politique. Une hypothétique vision d’un futur qui ne rassure pas. 




Cette lecture valide :

La lettre A du défi Abécédaire

A propos du livre :

Résumé : Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s’est vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n’est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n’a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique.

Roman de 560 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Béa. Tout comme toi, j’ai été bluffée par ce roman 😍 J’ai la suite dans ma PAL

Publicité

2 commentaires sur “La Servante Écarlate de Margaret Atwood

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s