Trademark, Tome 11, Bonheur Tm de Jean Baret

Chronique de Kadeline

Quelle idée de lire ça en vacances, c’était très bien mais plombant.
Dans un futur proche, la clé de voute de la société est la consommation pour ne pas dire la surconsommation. Dans ce monde, « tout » est permis tant qu’on participe à l’économie et qu’on n’a aucun loisir « gratuit » (balade en forêt, regarder le ciel, bavarder avec autrui…). Les personnages n’ont plus aucune identité, ils sont nommés par le nom de l’entreprise qui les sponsorisent. On suit Toshiba, un policier de la brigade de la fraude à la consommation et ses réflexions sur son état qui n’est pas joyeux malgré le fait qu’il « a tout pour être heureux ». On a tout ce que la société de consommation poussée à l’extrême peut donner. C’est oppressant, flippant, malsain et pose plein de problématiques. Dans ce monde, consommer est synonyme d’être libre et la combinaison de faire ce qu’on veut, de  gros pouvoir d’achat, de technologie et de liberté donnerait le meilleur système possible. 
Tout est dans la manipulation des foules. Chacun est noyé dans un bonheur artificiel consumériste pour ne pas avoir à penser et à se poser des questions. Il n’y a plus de débats seulement du divertissement de plus en plus crash et la publicité est omniprésente. On pousse même jusqu’à avoir un algorithme pour calibrer les livres de sorte à toucher le plus grand nombre. Celui-ci permet de doser action, sexe… et le résultat est particulièrement beurk. Cette vision extrême de la consommation et de la société centrée sur la consommation est difficile à lire car on voit très vite qu’on n’est pas si loin de ce monde. Juste une mise en garde, le héros est marié avec une femme robot et la façon dont il l’a traite est problématique donc si  la maltraitance est un sujet sensible pour vous, n’y allez pas.

Cette lecture valide :

A propos du livre :

Résumé : Demain. Quelque part dans la jungle urbaine… Il ouvre les yeux. Se lève. Y a du boulot… « Avez-vous consommé ? » Il contemple l’hologramme aux lettres criardes qui clignotent dans la cuisine sans parvenir à formuler la moindre pensée. « Souhaites-tu du sexe oral ? » La question de sa femme l’arrache à sa contemplation. Il réfléchit quelques secondes avant de refuser la proposition : il a déjà beaucoup joui cette semaine et il n’a plus très envie. Sans oublier que le temps presse. Sa femme lui demande de penser à lui racheter une batterie nucléaire. Une Duracell. Il hoche la tête tout en avalant son bol de céréales Weetabix sur la table Microsoft translucide qui diffuse une publicité vantant les mérites d’une boisson caféinée Gatorade propice à l’efficacité. Il se lève, attrape sa femme, lui suce la langue pendant de longues secondes, puis enfile sa veste Toshiba – son sponsor de vie – et se dirige vers la porte. Dans le ciel encombré, sur les façades des tours, sur le bitume, ou simplement à hauteur d’homme, des milliers d’hologrammes se déplacent lentement au gré de courants invisibles au cœur des monades grouillantes. Il est flic. Section des « Crimes à la consommation », sous-section « Idées ». Veiller à la bonne marche du monde, telle est sa mission. Autant dire que la journée promet d’être longue…

Roman de 340 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Kadeline. C’est déjà demain 😱

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s