Une Vie de Guy de Maupassant

Chronique de Béa

Je suis tombée sur ce petit bouquin chez Renaud-Bray, perdu dans un mauvais rayon et à tout petit prix. En le prenant, j’ai eu l’impression de le sauver, haha.
J’avoue que le résumé du livre m’a appâtée; si j’avais lu le résumé qu’en fait Wikipédia je ne l’aurai sûrement pas acheté… Déjà parce que la quasi totalité de l’intrigue y est dévoilée (alors que ces quelques lignes sur le dos de la page de couverture incitent à en savoir plus…) et puis mon dieu qu’elle tristesse !!
Au fur et à mesure que je lis, je suis vite « tannée » par tant de descriptions sur la nature, le soleil, les brindilles … or whatever^^ C’est long et redondant; autant ça nous permet de nous mettre dans le contexte mais je trouve qu’il y en a beaucoup trop et j’avoue avoir sauté quelques pages de description de la forêt (je n’’en pouvais plus je voulais savoir!)
Après avoir fini le livre, j’étais fâchée! fâchée contre le passé, fâchée contre les hommes, contre la domination patriarcale.
Les temps ont bien changé fort heureusement et de nos jours on est plus girl power que la petite fafemme à son mari, mais on sait bien que cette époque a existé et c’est moche.
Finalement cette brave femme s’en sort tant bien que mal, malgré ses déceptions perpétuelles et ses doux rêves qui s’envolent.
Petit livre, qui se lit bien et facilement mais qui nous laisse quand même une sorte d’amertume de ne pas pouvoir nous même venir en aide à cette femme et mettre un bon coup de pied entre les jambes de son mari.



Cette lecture valide :

La lettre M du défi L’Abécédaire

A propos du livre :

Résumé : Tout juste sortie du couvent, Jeanne n’a qu’un désir : trouver l’amour. C’est chose faite lorsqu’elle rencontre le vicomte de Lamare, qu’elle épouse presque aussitôt, juste avant de s’installer avec lui dans la propriété familiale des Peuples, située sur le littoral normand. Mais cette union précipitée marque le début d’une longue série de désillusions. En s’attachant à l’existence banale et dramatique de Jeanne, et à travers la peinture d’une petite noblesse de province sur le déclin, c’est la condition féminine dans son ensemble que Maupassant étudie, brocardant les sujétions hypocrites que la société fait peser sur elle. Les hommes, eux, sont des pantins habités par des appétits brutaux et sans lendemain. Telle est « l’humble vérité » mise au jour par le roman qui, de l’ordinaire, révèle la profondeur.

Roman de 224 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Béa. Ta façon d’appréhender ce classique est bien drôle 😂😂 Il s’agit bien de la dénonciation de la condition féminine mais par une analyse très pessimiste ; ça me donne envie de le relire 🤗

Publicité

2 commentaires sur “Une Vie de Guy de Maupassant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s