Dôme, Tome 2 de Stephen King

Chronique de Iz43

A Chester Mill , le Dôme retient les habitants prisonniers. La situation se durcit. Après le choc des premières heures, (l’apparition du dôme, les multiples accidents) vient le temps des questionnements et du choix de son camp.
Big Jim Rennie 2nd conseiller de la ville voit une aubaine dans ce dôme et l’occasion de faire main basse sur la ville. Maître dans l’art de manipuler et de contrôler les gens, il s’entoure d’une équipe d’écervelés obéissant aveuglément. Quoi de mieux pour affirmer son autorité que de se trouver un bouc émissaire ? Voilà Barbie, son principal opposant, accusé de 4 meurtres et emprisonné. La résistance se construit. Mais il est dangereux de s’opposer à Big jim Rennie. On assiste à une apogée de la violence. Les différents acteurs s’enfonçant dans leurs mauvais choix et mauvaises actions inexorablement. Les choses se mettent à déraper complètement.
Alors oui il y a des gentils d’un côté et des méchants de l’autre. C est quand même rudement efficace . Je me suis laissée embarquée dans cette histoire. Je n’ai pas vu le temps passer et il ne m’a pas fallu longtemps pour dévorer ce pavé

Cette lecture valide :

La consigne n°17 du Défi Les expressions gourmandes

A propos du livre :

Résumé : Un matin d’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, d’où il vient et quand – ou si – il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient. Jim Rennie, premier adjoint de Chester Mill, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s’installe et la résistance s’organise autour de Dale Barbara, vétéran d’Irak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville… Allégorie du totalitarisme, réflexion sur la nature humaine et sa résistance aux situations extrêmes, et page-turner irrésistible, Dôme signe le retour du King à son meilleur. Clémentine Goldszal, Elle.

Roman de 738 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Iz43. Une bonne lecture pour un hiver sous la couette 🤗

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s