Mon père ce poivrot de Louis-Daviet

Chronique de Priscilla

Coup de cœur.
Coup au cœur même.
Ici c’est l’histoire de Lucien en lutte avec ( contre) son amour pour la bouteille.
C’est un peu la réalité de l’alcoolisme vu de l’autre côté du miroir, par celui qui est touché par cette maladie.
Un parcours de vie chaotique qui fait réfléchir. Qui pousse aussi à faire preuve d’indulgence vis à vis de ceux qu’on nomme plus communément des «poivrots»…ceux-là même envers qui on pourrait avoir le jugement facile et hâtif 😦

Une lecture émouvante. Très drôle aussi car l’auteur a su apporter, par les dialogues notamment, une belle dose d’humour et de légèreté !

À lire. 

Cette lecture valide :

La consigne n°7 du défi Les Rougon-Macquart

A propos du livre :

Résumé : Nous ne sommes pas que nos faiblesses. Nous sommes ce que nous essayons d’en faire. Lucien Basset est alcoolique. Au dernier degré. Celui qui vous pousse à boire même de l’éther. Tout le reste a fini par passer après le bistrot. Sa femme l’a quitté, mais il est aussi sans nouvelles de son fils depuis trois ans. Un soir, pourtant, il décide que cette fois, c’est la bonne ! Il arrête de picoler parce qu’il a un truc important à faire ! Il a rendez-vous avec quelqu’un pour lui sauver la vie !

Album de 72 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Priscilla. C’est un thème difficile, une maladie qui n’est pas toujours reconnue comme telle

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s