JEUX LIT AVEC SALLY : Le Misanthrope de Molière

C’était une des lectures communes du mois de février

Nous étions deux lectrices à partager nos impressions

Alceste est un «mélancolique» qui s’aveugle sur lui-même pour mieux condamner les autres. Placé dans une situation sociale comique, amoureux d’une coquette, il voit défiler tous les types humains qu’il réprouve. Molière a enfermé toute une époque dans un salon mondain, pour critiquer une société ambitieuse, avide et cynique. Il donne parfois raison à Alceste, lui qui refuse de se soumettre au mensonge et à l’artifice, lui qui affirme radicalement : «J’ai tort, ou j’ai raison.» Alceste n’est pas en accord avec son temps : il rejette les compromis, proteste contre la frivolité des salons et la fausseté des rapports humains. Le Misanthrope est ainsi la pièce la plus complexe de Molière, car la plus fidèle aux contradictions de l’homme et de la société. Nouvelle édition en 2013

Pièce de théâtre de 240 pagesSe la procurer

Chronique de Ptitmousse

Je dois commencer par dire que mon avis est forcément influencé par la pièce à laquelle j’ai assisté avant de lire le texte. Le texte est en vers ; cela m’a fait peur d’abord, mais c’est finalement hyper accessible (bien que plus facile ayant vu les jeux d’acteurs). Mais quand même, j’avais lu la première scène avant la représentation et j’avais été agréablement surprise de bien comprendre tout-de-même.

Quelques réflexions, quelques vers sont indubitablement à graver dans le marbre. J’avoue avoir lu et relu et même dit à voix haute plusieurs fois certains vers tant ils sont fluides, élégants, ciselés, poétiques mais en même temps accessibles et compréhensibles ! 80 % du texte pourrait être noté en citation 😉
C’est tellement actuel, cela pourrait être cité et faire mouche en cette année 2019 sans problème. C’est du Molière différent de celui que l’on connait des comédies, mais du grand Molière !

Le premier acte est sans contexte le summum de la pièce. Il faut dire que l’acteur que j’ai vu jouer Alceste était juste génial ! Lors de la représentation théâtrale, les tirades de Célimène et Arsinoé dans l’acte III m’ont paru un peu longues, j’ai un peu décroché. Finalement, j’ai mieux suivi cette partie en version écrite ; ça m’a bien fait sourire : l’art de faire les pires reproches à l’autre mais avec une politesse et des mots exquis ! Parlant de Célimène, c’est un peu le mystère de la pièce. Elle est parfaite en cliché de la veuve qui compte bien profiter et qui se permet de juger à qui mieux-mieux. Mystère car elle est tout ce qu’Alceste déteste, et pourtant… Tellement transi, tellement aisément manipulé par Célimène…

Chronique de Sally Rose


Le titre contient l’essence du propos. Alceste, éprouvé par l’hypocrisie de ce monde, rejette l’art de vivre en société.
Mais il aime la belle Célimène qui pourtant présente tous les défauts qui révulsent cet homme.
J’adore cette pièce de théâtre, que j’ai vue jouée de nombreuses fois dans des mises en scènes et temporalités différentes.
Qu’il est beau et vaillant cet homme qui lutte entre son amour et ses principes !
Sur la forme, même si je n’aime pas lire les pièces de théâtre, j’ai apprécié la beauté des vers et l’ironie de certaines répliques.
Le refus de cet homme à frayer avec ses congénères m’a donné à réfléchir sur notre soumission aux codes de la vie en société, particulièrement revue et corrigée depuis maintenant un an que nous vivons avec le Covid-19.
Un thème universel et intemporel. Merci Jean-Baptiste

Le mot de Sally Rose

Avec cette lecture, je conseille le thé Flèche de Cupidon de Fruit-tea (code PROMO sur la page Les Partenariats)

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s