Le Chirurgien ambulant de Wolf Serno

Chronique de Maggy

Vitus vient d’apprendre un secret lié à ses origines inconnues de la bouche même de l’abbé Hardinus qui l’a recueilli au Monastère de Campodios quand il était bébé. A la mort de son cher abbé, Vitus est bien déterminé à retrouver sa famille et s’embarque dans une aventure vers l’Angleterre. A travers l’Espagne du XVIe siècle, il sera confronté à l’absurdité de l’Inquisition, fera de belles rencontres amicales, apprendra à se battre contre ses ennemis et toujours, il pratiquera la médecine et la chirurgie que ses bienfaiteurs lui ont apprise.

Le roman de Wolf Serno est d’abord un roman d’aventure puisqu’il fera vivre à son personnage, Vitus, une grande épopée. Il l’enfermera dans les geôles de l’Inquisition, le soumettra à la torture, l’intégrera à une troupe de saltimbanques, l’embarquera sur les mers… Et avec le chirurgien ambulant, nous en apprendrons toujours un peu plus sur la médecine du XVIe siècle. Je frémis encore à l’évocation de l’opération de la cataracte sur la place du marché ! L’auteur en profitera aussi pour distiller des informations intéressantes sur la marine. Maintenant, je crois savoir pourquoi on compte en nœuds la vitesse des bateaux.

Si Wolf Serno prend le temps de bien décrire ses personnages, y compris les secondaires, l’ouvrage n’échappe pas à quelques longueurs qui ralentissent parfois le rythme du récit. Il est des moments où le lecteur est plongé dans l’action aux côtés de notre sympathique chirurgien alors qu’à d’autres, il peine à poursuivre sa lecture. Cette inégalité de rythme peut parfois nuire à l’attachement que l’on peut éprouver pour les protagonistes mais la fin restant clairement en attente du second tome, il serait dommage de ne pas s’y plonger.

Cette lecture valide :

La lettre A pour Auteur (nationalité) du défi Le Petit Bac

A propos du livre :

Résumé : Espagne, XVIe siècle, monastère de Campodios. Sentant sa mort prochaine, l’abbé Hardinus convoque Vitus, son protégé, qu’il a découvert, abandonné, alors qu’il était encore un nourrisson. Afin que le jeune homme connaisse ses origines, il lui remet un indice : un tissu damassé, visiblement d’origine anglaise. Et voilà, pour Vitus, le début d’une quête semée d’embûches, de rencontres, et l’occasion de pratiquer son art, la chirurgie, sur les routes de l’Europe de la Renaissance. Tous les ingrédients du roman historique d’aventures sont ici réunis, pour le plus grand plaisir du lecteur: personnages pittoresques –nains, Tziganes, saltimbanques, corsaires –, évocation de l’Inquisition, complots, rebondissements incessants… Un vrai bonheur de lecture.

Roman de 800 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Maggy. Je l’ajoute à ma LAL 🤗

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s