Changer L’Eau Des Fleurs de Valérie Perrin

Chronique de Maggy

« Changer l’eau des fleurs », c’est se relever, c’est recommencer à voir les étoiles briller, c’est décider de continuer de vivre…

Violette Toussaint est gardienne d’un cimetière en Bourgogne. Elle connait le nom de tous ses tranquilles pensionnaires, de tous les chats errants qui ont élu domicile au milieu des tombes et certains secrets des vivants qui se réfugient régulièrement dans sa cuisine. Violette a aussi ses secrets, qu’elle ne partage pas et certains secrets lui sont cachés… elle ne le sait pas. Un jour, Julien frappe à sa porte pour tenter de comprendre pourquoi sa mère a souhaité que ses cendres soient répandues sur la tombe d’un inconnu.

A partir de cet instant, les écheveaux du passé et du présent vont s’entrecroiser, se mêler, se démêler, se nouer…

Valérie Perrin nous livre pour son deuxième roman une histoire très touchante. On s’attache immédiatement à Violette; elle nous touche cette gardienne de cimetière qui semble si forte et fragile à la fois. Tout est délicatesse, frôlement de sentiments, caresse du coeur, nostalgie, mélancolie, lumière…

Avec Changer l’eau des fleurs, on passe du rire aux larmes à chaque page. On remet en cause ses croyances sur les personnages, jusqu’à la fin, dont on croyait pourtant tout savoir presque dès le début.
Changer l’eau des fleurs est un roman fort, écrit tout en délicatesse; un roman qui donne autant la pêche qu’il ne donne l’envie de pleurer.
C’est beau…

Cette lecture valide :

La lettre P du défi Abécédaire

A propos du livre :

Résumé : Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se confier et se réchauffer dans sa loge. Avec la petite équipe de fossoyeurs et le jeune curé, elle forme une famille décalée. Mais quels événements ont mené Violette dans cet univers où le tragique et le cocasse s’entremêlent ? Après le succès des Oubliés du dimanche, un nouvel hymne au merveilleux des choses simples. Gros, gros gros coup de cœur. Un livre splendide, bouleversant. Mon livre de l’année 2018, une claque magistrale. Bulledop, C’est au programme. Un contraste entre rire et larmes qui fait mouche. Baptiste Liger, Lire. Tonnerre d’applaudissements. Et, croyez-nous, le mot « tonnerre » n’est pas trop fort. Anne-Marie Mitchell, La Marseillaise. À couper le souffle. Christophe Rivet-Maris, Unidivers. On nage en plein bonheur. Nathalie Dupuis, Elle. Prix Maison de la Presse 2018.

Roman de 672 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Maggy. J’avais trouvé ce roman agréable à lire mais certaines références m’avaient laissée perplexe 🤔

Publicité

En Voiture, Simone ! de Aurélie Valognes

Chronique de Priscilla

Lire un livre d’Aurélie Valognes c’est s’accorder une bulle de fraîcheur et de légèreté. Comme toujours c’est drôle et divertissant !
Dans ce roman sur les liens familiaux on retrouve forcément des situations déjà vécues, drôles d’un point de vue extérieur…moins quand on les vit ^^
J’ai beaucoup aimé cette lecture. Et même si on sait d’avance que ça va finir en happy end (et tant mieux !) l’histoire reste crédible.

Cette lecture valide :

La consigne n°11 du défi Les Déductions élémentaires

A propos du livre :

Résumé : Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et… trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu. Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d’une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter… et savourez !  

Roman de 256 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Priscilla. A découvrir 😊

Ilove de Marion Michau

Chronique de Ladykami_passionlecture

J’avais été séduite par la couverture et le résumé et c’est au final une petite lecture sympathique, drôle, par contre très prévisible. J’ai bien aimé le côté où les personnages se retrouvent et réussissent à faire le point sur la vie de tous les jours. 

Je me suis quand même demandée jusqu’où Anouk irait pour prendre conscience… 

C’est bien écrit, il y a des jeux de mots, des petites références sexuelles, et une petite morale qui dit de laisser place au destin, de quoi passer un bon moment.
 

Cette lecture valide :

La lettre M du défi Abécédaire

A propos du livre :

Résumé : La dernière histoire de coeur d’Anouk s’est soldée par un aquaplaning dans l’eau de boudin. Un de plus. Retour à la case célibat, à l’âge critique où l’on espère tomber enceinte avant même de tomber amoureuse. Quand elle découvre dans la mémoire de son téléphone les photos d un bel inconnu, son gène de midinette prend aussitôt le contrôle de sa personnalité. Aidée par sa meilleure amie (tombée, elle, dans une routine métro-boulot-doudou), elles vont partir à la recherche de cet homme providentiel jusque sous le soleil de Barcelone. Au cours de cette quête improbable, chacune va trouver ce qu’elle ne pensait plus chercher : elle-même.

Roman de 320 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Ladykami_passion lecture. A découvrir 😊

Minute, Papillon ! de Aurélie Valognes

Chronique de Priscilla

Qu’il fait du bien…
Je m’attendais à sourire à la lecture de ce livre. 
Et c’est bien ce qui est arrivé. Et plus d’une fois.

Mais pas que. Car à la lecture des remerciements j’ai aussi versé ma petite larme.
Un condensé d’émotions et d’humour.
Je comprends pourquoi on appelle ce genre de livres des « feel good », on en sort chargée d’ondes positives et d’ excellente humeur.

Ah cette chère Colette ! J’adore les « petits vieux » d’Aurélie Valognes 
 Enfin…en vrai, j’aime tous ses personnages. Pépette compris ^^

Conclusion: je crois que je vais être obligée de lire tous ses livres 🙂

 

Cette lecture valide :

La consigne n°1 du défi Retournons à l’école

A propos du livre :

  • Résumé :

Rose, 36 ans, mère célibataire, est une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s’effondre. Cette ex-nounou d’enfer est alors contrainte d’accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette, et son insupportable fille, la despotique Véronique. Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait changer sa vie  ? 

Roman de 312 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Priscilla. Une auteure qu’il me reste à découvrir 😊

Nous Irons Tous Au Paradis de Fannie Flagg

Chronique de Maggy

 Elner Shimfissle a eu une vie bien remplie. En ce début de printemps, piquée par des guêpes qui ont trouvé refuge en haut de son figuier, elle chute de son échelle et se retrouve au Paradis. Pendant qu’elle y papote avec d’anciens amis, sa nièce Norma et tous ses amis de Elmwood Springs, attristés par la disparition soudaine de l’octogénaire, se remémorent comment elle eu un impact positif sur leur vie. Mais l’heure d’Elner n’avait pas sonné et la brave dame revient d’entre les morts pour changer encore un peu mieux la vie de son entourage.
Le roman de Fannie Flagg est rempli de tendresse. Elner est tout simplement une vieille dame fantastique et chaque personnage est attachant. A travers Nous irons tous au Paradis, l’auteure nous communique une certaine philosophie de la vie qui incite à croire que le bonheur est là où on veut bien le trouver, dans chacune des petites choses de la vie.

Un roman feel good étonnant, qui, une fois n’est pas coutume, fait réfléchir.

Cette lecture valide :

La consigne n°8 du Défi Retournons à l’école

A propos du livre :

  • Résumé : Quelle idée, à son âge, de monter à l’échelle pour cueillir des figues ! Elner Shimfissle, octogénaire et bonne fée du quartier, vient de faire successivement la rencontre d’un nid de guêpes et une chute de deux mètres… Alors que la nouvelle de son décès se répand, entraînant chez ses voisins, ses proches, diverses questions sur le sens de la vie, Elner, elle, fait un petit tour de paradis. À la grande surprise des médecins, l’adorable mamie en revient pourtant. Avec des choses à dire. À tout le monde. Et pas qu’un peu… ! 

Roman de 411 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Maggy. J’ai un excellent souvenir de l’adaptation ciné de Beignets de tomates vertes ; j’ai très récemment acheter le livre. Si sa plume me plaît, j’essayerai Nous irons tous au paradis 😉

Mémé Dans Les Orties de Aurélie Valognes

Chronique de Priscilla

Un vrai bonheur ce bouquin !

Ça se dévore en un rien de temps tellement c’est bon…léger, drôle et émouvant !


Les personnages sont hyper attachants, j’ai adoré.


Maintenant je comprends le succès de ce livre et l’engouement autour d’ Aurélie Valognes si tous ses livres sont aussi addictifs et réjouissants…
Je vais m’empresser de lire ses autres titres en tout cas 🙂

Cette lecture valide :

À propos du livre

  • Résumé : Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur. Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur !
  • Roman de 264 pagesSe le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Priscilla . Je suis assez hermétique à ce genre de prose. Peut-être devrais-je persévérer et découvrir de nouveaux titres ? Ta chronique m’y encourage 😉