Profils de Donna Cooner

Chronique de Claire

Maisie est une adolescente qui est au lycée. Elle est complexée par son poids et ne se sent pas bien dans sa peau. Dans les couloirs, les autres élèves font des bruits d’animaux sur son passage. Son ami d’enfance Owen et elle sont appelés les chauds qui piquent. En classe de chimie, le professeur demande à Maisie de changer de place et de se mettre à côté de Jesse qui est un garçon très populaire au lycée.  Jesse ne lui fait pas un bon accueil. Jesse et les filles de la classe notamment Dezirea qui est une ancienne amie de Maisie s’envoient des messages sur Maisie. Quand elle ne se sent pas bien elle dessine. C’est sa grande passion. Elle invente des bandes dessinées. Ça lui permet d’évacuer. Maisie décide de se venger de Jesse et de Dezirea. Elle réfléchit à ce qu’elle va faire. Elle décide de créer un faux profil sur un réseau social où il y a ses camarades de classe. Elle prend des photos d’une jeune fille qui existe dans les contacts de sa mère. Elle s’appelle Claire et habite loin de chez Maisie. Le nouveau profil de Maisie s’appelle Sienna. Cette dernière fait amis avec Jesse et Deziera. Un jour la vraie Claire celle qui est sur le profil de Sienna débarque au lycée.
Que va-t-il se passer ? Maisie va-t-elle être découverte ?
J’ai bien aimé le livre. Je trouve que les photos de la couverture sont magnifiques. L’auteure traite du harcèlement mais pas que de ce sujet. Le livre évoque la vengeance, l’amitié et l’estime de soi. Quand il y a vengeance et mensonge, il y a toujours des conséquences. A la fin du roman, j’étais prise dedans. Je tournais les pages pour savoir comment ça allait finir. 

Cette lecture valide :

La lettre C du défi Abécédaire

A propos du livre :

Résumé : Comme pour beaucoup d’adolescents, pour Maisie, le lycée c’est l’enfer. Chaque élève prend soin de lui rappeler tout ce qu’ils détestent chez elle, surtout son poids. Tout le monde y va de son commentaire. Tous les jours. Alors elle se réfugie dans le dessin, et sa passion pour les comics devient comme une bouée de sauvetage. Lorsque son prof de chimie l’installe à côté de Jesse, le garçon le plus populaire de lycée, et au passage le plus tocard des tocards, elle décide qu’il est enfin temps pour elle de se venger. Elle se crée un profil sur le réseau social le plus fréquenté des élèves de son lycée. Un faux profil, avec les photos d’une de ses connaissances, qui habite loin, très loin. Aucune raison de se faire démasquer, n’est-ce pas ?

Roman de 350 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Claire. A découvrir 🤗

Publicité

Journal d’un marchand de rêves de Anthelme Hauchecorne

Chronique de Laehb

J’ai été épatée par la qualité de ce roman science fiction / steampunk / young adult / fantasy etc ! Une très belle écriture, une densité incroyable, des personnages très recherchés et quelle imagination! Tout comme son héros, cet écrivain devrait songer à être scénariste ou metteur en scène, j’espère que ce roman sera adapté au cinéma ou en série, en tout cas je suis sûre que ce serait une superbe réalisation.
Auteur à suivre!
(Petite anecdote : je ne suis clairement pas la cible de ce roman ayant perdu mon adjectif «young» depuis plusieurs années. Ce qui m’a fait particulièrement sourire est la note explicative du nom Ceausescu, un petit coup de vieux de plus 😉 )

 

 

Cette lecture valide :

La consigne n°10 du Défi Les Expressions gourmandes

A propos du livre :

Résumé : « Journal d’un marchand de rêves » est une grande aventure au pays des songes !
Une interprétation du marchand de sable époustouflante…
Prix Imaginales 2017

J’ai séjourné en hôpital psychiatrique. Pas de quoi fouetter un chat sauf lorsque, comme moi, vous êtes fils de stars. Par crainte du scandale, mes parents m’ont expédié loin d’Hollywood, dans la vieille Europe.
Les meilleurs spécialistes m’ont déclaré guéri. En vérité, la thérapie a échoué. Les songes ont repris, plus dangereux que jamais.
Malgré moi, je me trouve mêlé aux intrigues de puissants Rêveurs. Des gens charmants et bien décidés à m’éliminer, mais avec élégance.
M’entêter serait totalement déraisonnable. Pourtant, deux plaies à vif m’empêchent de tourner la page… La première est une fille. La seconde, une soif de vengeance.
Je m’appelle Walter Krowley. Vous tenez mon journal intime. Prenez-en soin. Ce livre pourrait devenir mon testament…

Roman de 544 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Laehb. A découvrir 🤗

Mila Hunt, Et Si Vous Aviez Le Pouvoir De Manipuler La Volonté De Ceux Qui Vous Entourent ? de Eli Anderson

Chronique de Kadeline

Voilà un titre qui n’a pas été assez plébiscité à mon goût. Soit étant fan d’Oscar Pill, rien que le fait de retrouver l’auteur en jeunesse me plaisait mais ce titre vaut la peine d’être lu. On part sur une dystopie un peu classique, Mila est une ado qui vit dans la partie privilégiée du monde. Elle a un don/une malédiction, elle peut imposer ses pensées à autrui. Un jour, elle se fait kidnapper par des agents gouvernementaux qui l’a font chanter pour tirer profit. Elle accepte contrainte et forcée et se fait envoyer en périphérie pour détruire les chefs. Cette zone contenant tous les pauvres a été laissée à l’abandon et des rumeurs de rébellion commencent à filtrer. 
En périphérie, maintenant ce sont les ados qui sont au pouvoir. Un pouvoir à durée déterminée, collectif et où les votes et le dialogue sont au coeur de l’organisation.
C’est une répartition beaucoup plus égalitaire et qui prend en compte toutes les tranches d’âges que ce soit les enfants, les ados ou les adultes. Mila doit les infiltrer et découvre à quoi ressemble leur civilisation. On a, à ce moment là, la dystopies qui tourne à l’utopie. Ce monde apparaît beaucoup mieux que le centre, il est beaucoup plus égalitaire. Mila se retrouve entre deux feux car elle doit agir pour sauver ses proches mais elle se sent bien dans ce monde. Que faire ?
Cette histoire en tant que telle est intéressante, pose des sujets de réflexion et pourrait se suffire à elle-même. Pourtant c’est là qu’il y a le retournement de situation qui fait prendre du niveau au livre. C’est très bien pensé, on ne s’y attend pas, ça donne de la profondeur et ça ajoute des réflexions. C’est intelligent, bien écrit et tout s’imbrique pour former un tout cohérent. Si on était resté sur la dystopie qui cohabite avec l’utopie, ça aurait été un peu banal mais le rebondissement change tout on gagne en originalité et en profondeur de réflexion. J’ai apprécié ne pas spécialement retrouver les codes young adult dans cette histoire. Maintenant tout n’est pas parfait, Mila manque de colère à mon goût, qu’elle cède au chantage c’est normal mais qu’elle n’ait pas spécialement de colère ou d’envie de vengeance me dépasse. Autre petit bémol, la fin est un peu étrange mais pourquoi pas. Donc en résumé, c’est une très bonne lecture qui surprend au moment opportun.



Cette lecture valide :

A propos du livre :

Résumé : Mila, 17 ans, vit dans le confort du Centre, loin de la misère et des dangers de la Périphérie. Pourtant, elle porte un lourd secret : elle possède un pouvoir qui lui permet d’imposer sa volonté à ceux qui l’entourent. Ce terrible don lui vaut d’être enlevée par les services secrets du Centre qui veulent exploiter ses capacités hors du commun. Le prix qu’ils exigent en échange de sa libération est colossal : elle doit infiltrer la Périphérie et en éliminer les chefs. Mila, contrainte, accepte, mais rapidement les doutes l’assaillent. Loin du sinistre ghetto qu’on lui a décrit, la Périphérie dissimule un monde fantastique et surprenant, où les adolescents ont pris le pouvoir. Qui sont ces chefs qui font si peur au gouvernement du Centre ? Pourquoi lui a-t-on menti ? Mila se lance dans une quête éperdue où elle va découvrir que sa réalité en renferme bien d’autres…

Roman de 624 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Kadeline. Dystopie, utopie ; métaphorique ? 🤔

Laissez-moi aimer de M.W.V Gulpen

Chronique de Maggy

Le jeune belge M.W.V. Gulpen signe ici un premier roman bien prometteur en matière de romance.

Sky, 17 ans, quitte son Minnesota natal pour la Floride où il emménage avec sa maman dans la maison du nouveau compagnon de celle-ci. Sky est gay, depuis toujours; ce n’est pas un problème. Il est droit dans ses baskets et assume complètement la situation; son entourage aussi. Mais voilà quand on débarque dans un nouveau lycée, ce n’est pas non plus la première chose qu’on a envie de raconter sur soi (qui débarque d’ailleurs au lycée en expliquant à tout le monde qu’il est hétéro?). Si en plus on tombe amoureux au premier regard d’un bel adonis qui fréquente le même établissement, ça se complique un peu quand même…

Laissez-moi aimer est un joli roman d’amour que je classerais dans la catégorie jeunes adultes. Les personnages sont tellement bien brossés qu’on s’y attache très très vite. Bien entendu, il reste quelques petites maladresses comme celle, dès les premières pages, qui nous fait comprendre que Sky se réfugierait parfois dans le lit de sa mère s’il fait des cauchemars… à 17 ans; sérieusement? Mais ce type de situations peu crédibles est rare et bien vite pardonné grâce à toute la tendresse avec laquelle M.W.V. Gulpen accompagne son héros à travers tout le récit.

Je me suis demandée si l’auteur n’était pas un fan de Glee parce Sky m’a franchement fait penser au personnage de Kurt Hummel tout au long de ma lecture. Ce n’est pas dérangeant, au contraire, j’ai presque immédiatement « mis un visage » sur ce bien sympathique jeune homme.

La discrimination, que ce soit envers les orientations sexuelles qu’envers les couleurs de peau ou les croyances religieuses, reste malheureusement d’actualité, même si bien entendu ce début de 21e siècle n’est pas comparable à ce qu’on a pu voir il y a 20 ou 30 ans alors que M.W.V. Gulpen n’était pas encore né.
Et sans faire l’impasse sur ce fléau qu’est l’intolérance, bien au contraire, Laissez-moi aimer est une vraie belle histoire d’amour, comme un bonbon rose bien sucré, une doudoune un soir d’hiver, comme en rêvent tous les jeunes hommes et les jeunes filles… Et la naïveté qu’on ressent dans l’approche de l’auteur, qui a juste franchi le cap de la vingtaine lui-même, donne une fraîcheur et une légèreté bien agréables dans un contexte qui aurait pu être lourd.

Très curieuse de découvrir un prochain roman pour confirmer que M.W.V. Gulpen pourrait bien devenir le prochain roi belge de la romance!
 »


Cette lecture valide :

A propos du livre :

  • Résumé : Vous êtes-vous déjà demandé si vous aviez le droit d’aimer ? Le droit d’aimer qui vous choisissez d’aimer ? Sky Thomas, jeune adolescent fraîchement débarqué à Jacksonville ne s’est pratiquement jamais posé cette question. Quand il aime, il aime de tout son cœur, qui que ce soit d’ailleurs. Quand son regard croise celui de Joshua, Sky le sait, c’est lui qu’il aimera, quoi qu’il advienne. Sky ne sera pas seul. Pour l’aider dans sa vie, il fait la rencontre de Maya, cette magnifique blondinette montée sur ressort qui va transformer le quotidien paisible de Sky en une tornade d’amitié dont il se souviendra toute sa vie. Au travers de leur histoire, découvrez une histoire somme toute banale, mais dont l’amour, l’amitié, la vie tout simplement, changera à jamais votre regard sur le monde.

Roman de 207 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Maggy. La littérature est un bon moyen de lutter contre les discriminations

La Sélection, L’Élite – Tome 2 de Kiera Cass

Chronique de Priscilla


Mouais…bof.

Je sais bien que c’est un livre young adult mais c’est vraiment léger en terme de contenu.
J’avais bien apprécié le premier tome, même si j’avais déjà trouvé ça très convenu et prévisible. Là c’est presque pénible. 
Et puis alors ce constant changement d’avis sur Aspen et Maxence, et à une vitesse folle: lassant. Et peu crédible.
Idem pour le pseudo retournement de situation à la fin du livre, qui finit aussi en eau de boudin…ça me laisse perplexe.
Cette lecture offre tout de même l’avantage de se lire à toute vitesse ( faut dire qu’il n’y pas grand-chose à comprendre ni trop rien sur quoi réfléchir :/


Je lirai la suite un jour car j’ai déjà les livres mais faudra me laisser le temps d’oublier la fadeur de ce tome !

Cette lecture valide :

La consigne n°14 du Défi Les Déductions élémentaires

A propos du livre :

  • Résumé : Elles forment l’Élite. Chacune d’elles doit désormais convaincre le prince Maxon, le roi et la reine, qu’elle est la plus à même de monter sur le trône d’Illeá, cette petite monarchie fondée sur un système de castes et menacée par des factions rebelles. Mais pour America Singer, la donne est plus complexe : tiraillée entre ses sentiments pour Maxon et son amour d’enfance pour Aspen, entre son sens de la justice et sa loyauté pour la couronne, elle hésite, en quête de la décision qui changera à jamais le cours de sa vie.


Roman de 352 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Priscilla. C’est bien aussi de savoir quelles lectures éviter 😁😉