L’Auberge de la Jamaïque de Daphné du Maurier

Chronique d’Amélie

Au décès de sa mère, le cœur déchiré et liée par un serment, Mary Yellan emménage chez sa tante et le mari de celle-ci qu’elle n’a jamais rencontré.
Sa nouvelle adresse, « L’auberge de la Jamaïque », était jadis un joyeux et populaire lieu de passage, aujourd’hui sa simple évocation suffit à faire frémir les braves gens. Mary y découvre un oncle ivrogne qui a tout de l’ogre terrifiant et sa tante méconnaissable, effacée, terrifiée et d’une docilité déconcertante. Que s’y passe-t-il ? Je ne vous en dirai pas plus.
Daphné du Maurier excelle dans l’art de créer des ambiances, de distiller ses ingrédients mystérieux en doses homéopathiques pour tenir son lecteur en haleine. Emmenée par son héroïne courageuse et curieuse qui n’a nulle intention d’attendre sagement que les choses se passent en fermant les yeux, l’histoire brumeuse révèle peu à peu ses contours dans le décor envoûtant de la lande désolée de Cornouailles.  



Cette lecture valide :

La consigne n°13 du défi Les Expressions gourmandes

A propos du livre :

Résumé : Orpheline et pauvre, Mary Yellan n’a pas d’autre ressource que de quitter le pays de son enfance pour aller vivre chez sa tante, mariée à un aubergiste, sur une côte désolée de l’Atlantique. Dès son arrivée à l’Auberge de la Jamaïque, Mary soupçonne de terrifiants mystères. Cette tante qu’elle a connue jeune et gaie n’est plus qu’une malheureuse, terrorisée par Joss, son époux, un ivrogne menaçant, qui enjoint à Mary de ne pas poser de questions sur les visiteurs de l’auberge. Auberge dans laquelle, d’ailleurs, aucun vrai voyageur ne s’est arrêté depuis longtemps… De terribles épreuves attendent la jeune fille avant qu’elle ne trouve le salut en même temps que l’amour. Dans la grande tradition romantique des sœurs Brontë, la romancière anglaise, auteur de Rebecca, nous entraîne avec un sens prodigieux de l’ambiance et de l’intrigue au cœur d’un pays de landes et de marais, battu par les tempêtes, où subsiste la sauvagerie ancestrale des pirates et des naufrageurs.

Roman de 320 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Amélie. Après la lecture magnifique de Rebecca❤❤ , je me lancerai bientôt à l’assaut de L’Auberge de la Jamaïque

Avec cette lecture, je conseille le thé Sureau Vanille de Fruit-tea (code PROMO sur la page Les Partenariats)

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s