L'archipel de la Manche de Victor Hugo

Chronique de Laehb

Ce court roman de Victor Hugo a une saveur particulière pour moi. Depuis ma jeune adolescence je rêve des îles anglo-normandes. Quand certains rêvent de cocotiers, d’eau turquoise à 28° ou de mégalopoles qui ne dorment jamais, moi je rêvais de voir Etretat et Jersey. J’ai réalisé mon désir de falaises calcaires il y a quelques mois, des étoiles plein les yeux, j’espère continuer sur ma lancée!
Voilà donc pourquoi cette lecture a été si agréable pour moi, je me suis laissée emporter par Hugo le naturaliste, bercée par la beauté et le calme de cet archipel, un peu comme si j’y étais, lovée dans ces douces poésies.

Cette lecture valide :

La consigne n°6 du défi Retournons à l’école

A propos du livre :

  • Résumé :

D’un seul regard, le promeneur embrasse la beauté paisible de la campagne et le spectacle grandiose de l’océan…
À la manière d’un cinéaste, Victor Hugo qui vécut là un long exil, entraîne le lecteur à la découverte des îles anglo-normandes telles qu’elles furent, avec leurs légendes et leurs traditions, leurs petits métiers et leurs activités.

Récit de 78 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Laehb. Ce récit est une belle introduction aux Travailleurs de la mer 😊

Je Pars Demain de Sylvie Zaech

Chronique de Maggy

Tranche de vie, tranche de fin de vie… Côme a 80 ans; ancien danseur étoile, il est cloué dans un fauteuil roulant, dans un New York qu’il n’aime pas. Aidé de David, son infirmier, il réapprendra à marcher pour retourner à Sault, dans ce Sud de la France qui l’a vu naître et où l’attendent deux de ses meilleurs amis, Marc et Magali.
Comme le roman est très court, à peine une centaine de pages, le résumé raconte presque toute l’histoire.

C’est bien écrit, certains moments sont touchants, la plume de Sylvie Zaech est délicate mais l’émotion n’était pas au rendez-vous pour moi. Il n’y a pas vraiment d’intrigue en soi. le récit relate une succession de jours, de moments parfois entrecoupés de quelques souvenirs. Ce n’est pas décousu, c’est juste que finalement l’histoire présente peu d’intérêt en elle-même.

C’est sans doute ici la volonté de l’auteur, pour que le lecteur reste dans le ressenti et ne se laisse pas distraire. Malheureusement, j’ai trouvé que les personnages secondaires n’avaient pas de consistance et finalement, je n’ai pas trouvé Côme attachant.

Donc une lecture brève, pas désagréable, mais qui ne laissera pas un souvenir impérissable. »

Cette lecture valide :

A propos du livre :

  • Résumé :

Un roman d’une fine lucidité et tout de délicatesse, mais sans mièvrerie.
Un jour de printemps à New York, Côme, un ancien danseur que l’âge tourmente, physiquement et moralement, décide qu’il va se battre. Contre la tristesse qui le cloue sur une chaise roulante, contre les souvenirs qui pèsent trop lourd, contre son corps qui ne répond plus. Riche et solitaire, il pense à sa femme Marylou, à leurs amis Pollock ou Hopper. L’envie de vivre sera-t-elle la plus forte? David, son jeune infirmier, trouvera peut-être les bons gestes pour l’aider. Mais c’est aussi l’enfance de Côme qui lui revient. Son village dans le Vaucluse, Magali, Marc, la nature forte et austère. Ensemble, ces personnages tissent un récit à la fois quotidien et universel, dans de belles et vibrantes pages sur le temps qui passe et sur l’amitié.

Roman de 125 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Maggy. Sans doute, manque-t-il quelques pages pour donner plus de consistances aux personnages et développer une intrigue 🤔

Les Détectives Du Yorkshire / Rendez-Vous Avec Le Crime de Julia Chapman

Chronique de Priscilla

Ce livre est un petit bijou.

Pas de sensationnalisme ici, « juste » une histoire propice au calme et à la détente.

Les personnages sont très réalistes, sympathiques et attachants. Même si le début du livre avec ses multiples noms à retenir n’était pas très évident pour retenir qui est qui ^^
Gros coup de coeur pour Ida ! Il faudrait un livre qui lui donne encore plus de place tellement ce personnage est génialissime !

L’intrigue se met doucement en place, se déguste…Le tout est arrosé de la juste dose d’humour, avec de chouettes réparties.

J’ai très envie de connaître la suite des péripéties de Samson, Delilah et Calimero 🙂

Cette lecture valide :

La consigne n°14 du défi Retournons à l’école

A propos du livre :

  • Résumé :

Quand Samson O’Brien débarque sur sa moto rouge à Bruncliffe, dans le Yorkshire, pour y ouvrir son agence de détective privé, la plupart des habitants voient son arrivée d’un très mauvais oeil. De son côté, Delilah Metcalfe, génie de l’informatique au caractère bien trempé, tente de sauver de la faillite son site de rencontres amoureuses. Pour cela, elle décide de louer le rez-de-chaussée de ses locaux. Quelle n’est pas sa surprise quand son nouveau locataire se révèle être Samson – et qu’elle découvre que son entreprise porte les mêmes initiales que la sienne ! Les choses prennent un tour inattendu lorsque Samson met au jour une série de morts suspectes dont la piste le mène tout droit… à l’agence de rencontres de Delilah ! Premier volet d’une série so british, Rendez-vous avec le crime est un polar drôle, plein de charme et au casting haut en couleur. 

Roman de 384 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Priscilla. Un polar frais avec des personnages sympathiques, il m’avait bien plu également 😊

JEUX LIT AVEC SALLY prépare Noël

2/4

Deuxième cadeau : le jeu des mots-clefs

Devinez le titre d’un roman à travers quelques mots-clés

Tirage au sort parmi les bonnes réponses

3 gagnants remportent 1 livre surprise

Réponse à envoyer impérativement

par mail *

*sally@jeuxlitavecsally.club

Tirage au sort mardi 10 décembre à 20h

1er mot-clé

Frédéric Mistral, dans son dictionnaire « Lou Tresor dou Felibrige » de 1878, définit les limites de ce territoire comme suit : « pays de France borné à l’Orient par les Alpes, au Midi par la Méditerranée, à l’occident par le Rhône et au Nord par une ligne qui peut aller d’Embrun à Saint-Paul-Trois-Châteaux . Nice et Monaco en font partie, Aix en est la capitale ».

2ème mot-clé

  • Définition : Projet quelconque concerté secrètement entre deux ou plusieurs personnes.
  • Un titre de Philip Roth est notamment composé de ce mot

3ème mot-clé

  • Définition : Susceptible de s’exprimer violemment, prêt à se révolter.
  • Un titre de Sue Grafton est notamment composé de ce mot

BONNE CHANCE !

Cent Millions D'Années Et Un Jour de Jean-Baptiste Andrea

Chronique de AMR

Une quête : celle d’un paléontologue à la recherche du squelette de dinosaure dont la découverte lui assurera la gloire et la reconnaissance de ses pairs…
Un roman d’aventures où les péripéties s’enchaînent dans un cadre majestueux, le Mercantour, et une temporalité un peu surannée, les années 1950…
Une aventure humaine en milieu hostile : de belles amitiés viriles, du dépassement de soi…
Des personnages taillés au cordeau, stylisés et, en même temps, ciselés et complexes.
Une narration efficace, belle, addictive : c’est très bien écrit et le suspense est au rendez-vous… le récit est à la première personne et celui qui parle nous entraîne et nous égare à sa suite.

Tout est ici réuni pour un très bon roman.
 
Mais ce livre est aussi bien plus que cela… J’ai profondément adhéré à la métaphorisation du passé, à celle de l’enfouissement des secrets et de leur nécessaire mise au jour. Toutes les passerelles et tous les parallèles entre la recherche du fossile et la vie des protagonistes sont parlants et lourds de sens et de questionnements.
 
Une réussite !

Avec Ma Reine, Jean-Baptiste Andrea avait donné à lire un roman cruel dont l’infinitude m’avait déjà marquée il y a deux ans… Un auteur à suivre, un réel talent.

Cette lecture valide :

La consigne n°51 du défi Les déductions élémentaires

A propos du livre :

  • Résumé :

1954. C’est dans un village perdu entre la France et l’Italie que Stan, paléontologue en fin de carrière, convoque Umberto et Peter, deux autres scientifiques. Car Stan a un projet. Ou plutôt un rêve. De ceux, obsédants, qu’on ne peut ignorer. Il prend la forme, improbable, d’un squelette. Apatosaure ? Brontosaure ? Il ne sait pas vraiment. Mais le monstre dort forcément quelque part là-haut, dans la glace. S’il le découvre, ce sera enfin la gloire, il en est convaincu. Alors l’ascension commence. Mais le froid, l’altitude, la solitude, se resserrent comme un étau. Et entraînent l’équipée là où nul n’aurait pensé aller. De sa plume cinématographique et poétique, Jean-Baptiste Andrea signe un roman à couper le souffle, porté par ces folies qui nous hantent.

Roman de 320 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage AMR. Il est dans ma PAL 😊

Les Catilinaires de Amélie Nothomb

Chronique de Ptitmousse

Impossible de nier qu’Amélie Nothomb est experte pour créer des ambiances de malaises, bizarres, des huis clos où l’on est mal à aise. Oui mais voilà, justement, après Hygiène de l’assassin, on tombe un peu dans la même ambiance, dans les mêmes schémas. Un peu de variété dans le déroulé ou le style serait plaisant. Et puis, à force, trop de glauque. On est pas tellement ici dans le roman, plus dans la fable ou la nouvelle ; et ça, ça n’aide pas non plus à me faire apprécier. Mon sentiment sur les personnages : « Ils m’énervent ! Appelez la police, déménagez, faites quelque chose quoi ! » Oui, vraiment, ils m’ont énervée !
En conclusion : très moyen, assez peu à retirer. Comment expliquer que le magazine Lire ainsi que le jury Giono n’aient pas trouvé mieux cette année-là ??? Mystère…

Cette lecture valide :

La lettre N du défi Abécédaire

A propos du livre :

  • Résumé :

La solitude à deux, tel était le rêve d’Emile et de Juliette. Une maison au fond des bois pour y finir leurs jours, l’un près de l’autre. Etrangement, cette parfaite thébaïde comportait un voisin. Un nommé Palamède Bernardin, qui d’abord est venu se présenter, puis a pris l’habitude de s’incruster chez eux chaque après-midi, de quatre à six heures. Sans dire un mot, ou presque. Et cette présence absurde va peu à peu devenir plus dérangeante pour le couple que toutes les foules du monde…
C’est une comédie très noire, d’une lucidité tour à tour drôle et dévastatrice, que nous offre ici la romancière d’Hygiène de l’assassin, révélation littéraire de 1992.

Roman de 209 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Ptitmousse. Il est vrai que la production de cette auteure est très inégale

Winter de Rick Bass

Chronique de Amélie

Je comptais le lire en hiver mais je me suis dit qu’il remplacerait les glaçons et il me faisait vraiment trop envie! Après le livre d’Ernie LaPointe sur Sitting Bull, je ressentais un besoin de lecture dépouillée de pression sociale et proche de la nature. Malgré le contraste saisonnier je pense que c’était pour moi le moment idéal pour le lire tant je l’ai savouré. Je ne le conseillerai pas à tout le monde cependant, surtout pas à quelqu’un qui aurait besoin de rebondissements et de suspense.
Le bûcheronnage et les considérations météorologiques impriment la marque d’une nouvelle sorte de routine pour l’auteur. Mais ce qui en fait la magie c’est l’immense amour de la nature qui s’incarne dans de sublimes descriptions : de l’ode aux mélèzes à la ballade du cincle sautilleur en passant par l’haleine des cerfs derrière la fenêtre. Toute la puissance, la dangerosité et le réconfort de la forêt et de l’hiver sont dans ce livre où les mots n’ont aucune difficulté à devenir des images et des sensations tant il est bien écrit. Un sentiment d’apaisement et de plénitude accompagne les dernières lignes pour clore ce récit sans en clore la portée. S’il est des livres pour exprimer à quel point se reconnecter à l’essence même de la nature peut aider à se révéler à soi-même celui-ci en fait indubitablement partie.

Cette lecture valide :

A propos du livre :

  • Résumé : Winter est le récit de l’installation de Rick Bass et de sa femme dans un coin reculé du Montana en plein hiver. Pas d’électricité, pas de téléphone, juste un saloon à une demi-heure de route. Mais une vallée comme au début du monde, une nature splendide et cruelle. Par moins trente-neuf degrés, le rêve se fait parfois souffrance. Dans une prose lumineuse, le défenseur de l’environnement Rick Bass redécouvre, au terme d’un progressif dépouillement, l’essentiel. Winter est le récit de l’installation de Rick Bass et de sa femme dans un coin reculé du Montana en plein hiver. Une vallée comme au début du monde, une nature splendide et cruelle. Dans une prose lumineuse, Rick Bass redécouvre, au terme d’un progressif dépouillement, l’essentiel.

Roman de 272 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Amélie. Je suis très tentée, je le mets dans ma LAL 🤗

Laissez-moi aimer de M.W.V Gulpen

Chronique de Maggy

Le jeune belge M.W.V. Gulpen signe ici un premier roman bien prometteur en matière de romance.

Sky, 17 ans, quitte son Minnesota natal pour la Floride où il emménage avec sa maman dans la maison du nouveau compagnon de celle-ci. Sky est gay, depuis toujours; ce n’est pas un problème. Il est droit dans ses baskets et assume complètement la situation; son entourage aussi. Mais voilà quand on débarque dans un nouveau lycée, ce n’est pas non plus la première chose qu’on a envie de raconter sur soi (qui débarque d’ailleurs au lycée en expliquant à tout le monde qu’il est hétéro?). Si en plus on tombe amoureux au premier regard d’un bel adonis qui fréquente le même établissement, ça se complique un peu quand même…

Laissez-moi aimer est un joli roman d’amour que je classerais dans la catégorie jeunes adultes. Les personnages sont tellement bien brossés qu’on s’y attache très très vite. Bien entendu, il reste quelques petites maladresses comme celle, dès les premières pages, qui nous fait comprendre que Sky se réfugierait parfois dans le lit de sa mère s’il fait des cauchemars… à 17 ans; sérieusement? Mais ce type de situations peu crédibles est rare et bien vite pardonné grâce à toute la tendresse avec laquelle M.W.V. Gulpen accompagne son héros à travers tout le récit.

Je me suis demandée si l’auteur n’était pas un fan de Glee parce Sky m’a franchement fait penser au personnage de Kurt Hummel tout au long de ma lecture. Ce n’est pas dérangeant, au contraire, j’ai presque immédiatement « mis un visage » sur ce bien sympathique jeune homme.

La discrimination, que ce soit envers les orientations sexuelles qu’envers les couleurs de peau ou les croyances religieuses, reste malheureusement d’actualité, même si bien entendu ce début de 21e siècle n’est pas comparable à ce qu’on a pu voir il y a 20 ou 30 ans alors que M.W.V. Gulpen n’était pas encore né.
Et sans faire l’impasse sur ce fléau qu’est l’intolérance, bien au contraire, Laissez-moi aimer est une vraie belle histoire d’amour, comme un bonbon rose bien sucré, une doudoune un soir d’hiver, comme en rêvent tous les jeunes hommes et les jeunes filles… Et la naïveté qu’on ressent dans l’approche de l’auteur, qui a juste franchi le cap de la vingtaine lui-même, donne une fraîcheur et une légèreté bien agréables dans un contexte qui aurait pu être lourd.

Très curieuse de découvrir un prochain roman pour confirmer que M.W.V. Gulpen pourrait bien devenir le prochain roi belge de la romance!
 »


Cette lecture valide :

A propos du livre :

  • Résumé : Vous êtes-vous déjà demandé si vous aviez le droit d’aimer ? Le droit d’aimer qui vous choisissez d’aimer ? Sky Thomas, jeune adolescent fraîchement débarqué à Jacksonville ne s’est pratiquement jamais posé cette question. Quand il aime, il aime de tout son cœur, qui que ce soit d’ailleurs. Quand son regard croise celui de Joshua, Sky le sait, c’est lui qu’il aimera, quoi qu’il advienne. Sky ne sera pas seul. Pour l’aider dans sa vie, il fait la rencontre de Maya, cette magnifique blondinette montée sur ressort qui va transformer le quotidien paisible de Sky en une tornade d’amitié dont il se souviendra toute sa vie. Au travers de leur histoire, découvrez une histoire somme toute banale, mais dont l’amour, l’amitié, la vie tout simplement, changera à jamais votre regard sur le monde.

Roman de 207 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Maggy. La littérature est un bon moyen de lutter contre les discriminations

Au Revoir Là-Haut de Pierre Lemaitre

Chronique de Laehb

Bon, j’arrive après la guerre (attention! Jeu de mots hasardeux ), ce roman a déjà été chroniqué, détaillé, raconté, adapté, dérivé des centaines de fois donc mon humble avis n’apportera pas grand-chose de plus et je vais sûrement m’attirer les foudres de beaucoup.
Une fois de plus je suis déçue. Comme souvent après un tapage médiatique, des avis tellement élogieux, je me tâte à me lancer, j’ai toujours peur d’en attendre trop (ou juste ce que l’on me promet en fait) et que la déception soit encore plus grande. Oui, le thème est original, je ne crois pas connaître un autre livre sur cette période avec une idée aussi farfelue. Oui les personnages sont attachants malgré cette entreprise immorale, mais j’ai trouvé la première partie très molle, beaucoup de longueurs m’ont assommée. J’ai mis une semaine pour le lire, moi qui ne mets jamais plus de 3 jours pour lire 500 pages et ça veut tout dire. Je me suis traînée, j’ai vraiment peiné.
Ce roman est toutefois une belle lecture, émouvante et révoltante, mais je me sens très loin des lecteurs exaltés aux compliments dithyrambiques.




Cette lecture valide :

A propos du livre :

  • Résumé : Ils ont miraculeusement survécu au carnage de la Grande Guerre, aux horreurs des tranchées. Albert, un employé modeste qui a tout perdu, et Edouard, un artiste flamboyant devenu une « gueule cassée », comprennent vite pourtant que leur pays ne veut plus d’eux. Désarmés, condamnés à l’exclusion, mais refusant de céder au découragement et à l’amertume, les deux hommes que le destin a réunis imaginent alors une escroquerie d’une audace inouïe… Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants. Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose avec talent la grande tragédie de cette génération perdue.Prix Goncourt 2013

Roman de 624 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Laehb. Je fais partie de celles et ceux qui ont été éblouis par ce roman 😍

Croquemitaines – Tome 1 de Salvia & Djet

Chronique de Priscilla

  Terrible !

C’est noir, violent, limite morbide. Clairement pas pour les enfants !

Mais au milieu de tout ça on trouve une pointe de tendresse avec cet adorable Elliott, qui pousse telle une fleur au milieu d’un paysage dévasté…On voudrait pouvoir le prendre dans nos bras et le protéger de toutes ces affreuses créatures ^^

Les dessins son méchamment géniaux. Les couleurs utilisées participent à cette ambiance glaçante…Gros coup de cœur !



Cette lecture valide :

A propos du livre :

  • Résumé : Les monstres, ça n’existe pas que dans la tête des enfants… Passionné de lecture, Elliott a toujours eu une préférence pour les histoires de Croquemitaines, ces créatures monstrueuses qui, la nuit, se cachent dans l’ombre ou sous le lit pour effrayer les petits enfants. Il n’imagine pas à quel point elles vont changer sa vie… Témoin du meurtre sanglant de ses parents, il va découvrir qu’en réalité, les Croquemitaines existent bel et bien et que des codes très précis régissent leur existence. Lorsque l’un des plus puissants d’entre eux, le « Père-la-mort », se met en tête de le protéger, Elliott se retrouve plongé dans un terrible conflit au cœur d’un univers aussi terrifiant que fascinant dont il devient l’enjeu principal. Par une sombre nuit orageuse, le destin d’Elliott va s’accomplir… Mathieu Salvia et Djet réinventent toute une mythologie de l’enfance dans un récit d’horreur tendre et un parcours initiatique sur le deuil et l’acceptation de la peur. Une aventure touchante et fantastique servie par un graphisme très moderne aux influences plurielles (jeu vidéo, animation, comics, manga). En bonus : les dessous de la création de l’œuvre, des informations additionnelles sur le background et la mythologie des Croquemitaines, des recherches graphiques et une galerie d’hommages exclusifs par des grands auteurs du 9e art !

Album de 128 pages – se le procurer

Le mot de Sally Rose

Merci beaucoup pour ce partage Priscilla. Je crois que je préfère Monster & Co 😁